Golfe du Morbihan

Véritable mer à l’intérieur des terres, le golfe du Morbihan a même donné son nom au département qui l’abrite, c’est dire son importance ! Outre les grandes îles habitées, l’île d’Arz et l’île aux moines, le golfe du Morbihan compte une myriade d’îles de toutes les tailles.

La mer s’engouffre dans le golfe par le goulet situé entre Locmariaquer et Port Navalo à la faveur du courant de marée. Le courant peut y atteindre des vitesses impressionnantes, pas moins de 9 nœuds, soit environ 17 km/h. Le courant de marée se divise ensuite au gré des îles et des îlots, générant de nombreux contre-courants que seuls les marins habitués des lieux ont appris à dompter. Quant aux imprudents… gare à eux !

Le golfe possède un grand nombre de vasières et de marais, faisant le bonheur de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs. On y trouve également des herbiers de zoostères, des plantes marines qui forment un habitat indispensable au bon fonctionnement de l’écosystème du golfe, en fournissant notamment des zones de nurseries idéales pour les juvéniles de poisson.

Dans le golfe, le bar ainsi que de nombreux autres poissons trouvent un terrain de jeu idéal, une eau plus chaude donc plus favorable pour la croissance, des proies en abondance et des courants dont ils usent pour mieux les surprendre !

La flotte de ligneurs dans le golfe s’est malheureusement considérablement amoindrie, victime de la surexploitation de l’espèce ainsi que d’une position géographique trop éloignée des centres névralgiques de la filière halieutique.

La zone de pêche en chiffres

km de long
km de large
km²
îles

Nos pêcheurs dans le Golfe du morbihan

pêcheur

Yann Charron
Voir la fiche →

Olivier Cosperec
Voir la fiche →