Le Lieu jaune

Le lieu jaune pourrait être confondu soit avec le lieu noir, soit avec le merlan.

Il se distingue du lieu noir par une ligne latérale sombre se détachant sur la robe claire, alors que chez son cousin, la ligne latérale claire contraste avec la robe plus sombre. Le merlan est quant à lui nettement argenté, et si un doute subsiste, notez que le mandibule inférieur du lieu jaune dépasse du museau alors qu’il est situé en retrait chez le merlan.

La robe doit être brillante, et couverte d’un léger mucus. L’armure d’écailles est fragile, et une robe intacte caractérise les poissons de ligne qui, pêchés à l’unité, n’ont pas à souffrir de manipulations excessives. L’œil est bombé, et les ouïes rouge carmin.

Le lieu jaune fait partie de ces poisons pour lesquels la capture à la ligne est un gage de qualité. En effet, le laps de temps s’écoulant entre la capture de l’animal et sa mise à mort est déterminant, et cette période de stress maximal génère dans tout le corps de l’animal des toxines altérant définitivement la texture et la saveur du filet.

Pêché à la ligne, le poisson est immédiatement sorti de l’eau, saigné et glacé, ce qui bloque immédiatement ce processus d’altération.

Fiche

  • Nom latin : Pollachius Pollachius
  • Classe : Actinoperygiens
  • Ordre : Gadiformes
  • Famille : Gadidés
  • Taille maximale : 130 cm
  • Taille commune : 22-75 cm
  • Taille minimale commerciale : 30 cm

Reproduction

La ponte a lieu en mars, et donne l’occasion à de grands rassemblements de reproducteurs, prétextes à une intense pêcherie au filet et au chalut. Pendant cette période, les ligneurs ne sont pas très actifs, trouvant difficilement à rentabiliser leurs sorties lorsque le marché, plutôt déprimé au sortir de l’hiver, a bien du mal à absorber les quantités mises en marché par les autres opérateurs. Les œufs sont lâchés en grand nombre, et la larve mène pendant quelques semaines une vie pélagique, pendant laquelle, livrée au jeu des courants, elle pourra parfois parcourir des distances considérables. A la fin de la période de reproduction, les plus gros géniteurs vont effectuer une retraite vers les fonds de 100 à 200 mètres, se mettant ainsi hors de portée de nos ligneurs. Ceux-ci cibleront pendant tout l’été, les individus médians dans des tailles de 1,5 kg à 5 kg, permettant aux plus jeunes individus de grandir en toute quiétude pendant que le stock de reproducteurs reste à l’abri des grands fonds.

Mode de vie et habitat

Le lieu jaune, même s’il ne forme que très rarement de grands bancs, n’est jamais un solitaire. Par bandes de quelques individus, ils sillonnent les fonds marins, alternant les périodes de quêtes alimentaires avec les longues périodes de repos. Au cours de ces périodes de repos, il aime à se regrouper aux bords des reliefs sous marins, et il apprécie tout particulièrement les épaves de navres engloutis. Le repos est d’ailleurs tout relatif, car derrière cette apparente nonchalance se cache une aptitude à réagir promptement au passage d’une proie éventuelle. Son alimentation est variée, bien que composée essentiellement de poissons et céphalopodes. Lançons, sardines, chinchards, tacauds constituent son ordinaire alors que les crustacés, crevettes ou crabes, n’entrent que pour une toute petite partie dans son alimentation. Sa croissance est plutôt rapide, et à 5 ans, il mesure déjà 60cm pour 2 kg.